Institution

Portrait de Line van Wersch

Mise à l'honneur des nouveaux chargés de cours 2021-2022



Chargée de cours dans le domaine de l'Archéométrie et l'archéologie médiévale et post-médiévale

Pourriez-vous décrire brièvement votre parcours ?

Après une licence en histoire de l'art et archéologie à l’Université de Liège et un DES interuniversitaire en études et gestion du patrimoine culturel, j'ai travaillé comme archéologue de terrain avant d'être assistante de recherche puis doctorante à l'Université de Liège.

En 2011, j'ai obtenu mon doctorat portant sur l’étude archéologique et archéométrique des céramiques et verres mérovingiens de la vallée mosane, dans une perspective économique, sociale et culturelle. À partir de 2011, j'ai été chercheuse à l’Onroerend Erfgoed afin de publier le matériel des fouilles de la basilique de Tongres.

En 2012, j'ai reçu une bourse post-doctorale à l’Université de Dijon (UMR Artehis et CEM Auxerre, dir. Chr. Sapin), pour travailler sur le verre architectural du haut Moyen Âge. En 2014, j'ai effectué deux mandats post-doctoraux à l'Université de Louvain et au FRS-FNRS. Durant cette période, j’ai réalisé plusieurs séjours de recherches en Allemagne et en France, où nous avons notamment fouillé le site de Germigny-des-Prés. J'ai également passé trois mois à l'Université de Leiden.

De 2018 à 2020, j’ai travaillé pour cette même Université sur le projet ERC Advanced Grant « Rural Riches » (P.I. Fr. Theuws). En 2021, j’ai reçu une bourse du programme Marie Skłodowska-Curie au sein de l’UMR Arscan (CNRS-Nanterre). Je combine actuellement ce poste avec ma charge de cours à l’Université de Liège.

Quelle est votre conception du rôle d’un enseignant universitaire ? Comment envisagez-vous l’articulation entre l’enseignement et la recherche/la pratique clinique ?

L’enseignement universitaire doit dans un premier temps fonder les bases solides de la connaissance, particulièrement dans les disciplines qui sont peu abordées en dehors de l’Université. Il repose sur un travail précis, rigoureux et exigeant mais qui permet aussi une grande liberté. Son rôle est de fournir des outils intellectuels et méthodologiques efficaces et novateurs que les étudiants utiliseront ensuite pour bâtir leurs propres parcours professionnels et de répondre aux besoins de la société dans leurs domaines de compétences et parfois au-delà.

L’enseignement universitaire permet aussi de construire des communautés de pensées et de pratiques dans lesquelles les étudiants vont entrer et dont ils deviendront des membres à part entière. Les enseignements reçus sont donc primordiaux car ils vont orienter l’avenir des disciplines et des domaines de recherche.

À l’Université, la recherche et l’enseignement ne vont pas donc pas l’un sans l’autre. Ils se renforcent et s’élèvent mutuellement. Sans la recherche, l’enseignement stagne mais pour ne pas se scléroser, la recherche doit, elle aussi, intégrer des visions différentes et les idées portées par les nouvelles générations.

Contact

Line van Wersch

Partagez cette news